Café l’Échouerie

cropped-DSC_0085.jpg

Dans le Bas-du-Fleuve, près de Rivière-du-Loup, Notre-Dame-des-Sept-Douleurs sur l’Île Verte. Prenez le traversier NM Peter-Fraser (30 minutes) et à environ 6 kilomètres et demi du quai où vous débarquez, se situe le Café l’Échouerie. L’escale gourmande du Bout-d’en-Haut de l’Île Verte. Ouvert depuis 2007, c’est un petit restaurant recevant un maximum de douze convives à la fois et le seul ouvert toute l’année pour y prendre le petit déjeuner, un lunch le midi ou pour souper. Peut importe la saison, la réservation de la table et du menu est nécessaire.

Le Café l’Échouerie au Bout-d’en-Haut de l’Île est un régal pour tous les sens dans un environnement de campagne de bord de mer animée par la présence des animaux. On peut s’y arrêter et s’y ancrer en attendant la marée …

Michelle Dionne, la propriétaire, vous y accueille. Native de l’Île, Michelle Dionne, fille aînée de Françoise et Jean-Louis, est une descendante directe des familles fondatrices telles les Dionne, Fraser et Michaud. Son accueil et sa cuisine sont colorés et inspirés des voyages, des savoirs de ses grand-mères, Marianne et Laurence, des talents de sa mère Françoise et des histoires de l’Île. Michelle et Denis, son conjoint, sont des hôtes accueillants désirant vous faire profiter des délices d’un bon repas.

 Animé des valeurs du mouvement «Slow food», le Café l’Échouerie permet aux convives de prendre le temps … regarder, sentir, goûter … Vous y redécouvrez les arômes de la «cuisine maison» et les saveurs de plats composés de produits naturels, de la région, sans les additifs des mets usinés. Par exemple, les petits déjeuners sont préparés avec des œufs tout frais et des brioches cuites du matin. Pour le lunch du midi, goûtez à notre soupe repas ou les pâtes fraîches aux fruits de mer ou une quiche aux légumes. La table d’hôte du souper comprend 6 services mais vous pouvez choisir de vous limiter à 3 services … D’une découverte à l’autre tous vos sens seront flattés. Pour garnir ces menus et ce, sans supplément, vous pouvez contempler la mer avec une perspective remarquable.

 L’Échouerie a un permis d’alcool pour servir, vous y avez donc le loisir d’apporter votre vin préféré ou votre bière pour l’apéro … à moins de prévoir un petit cidre de glace du Québec pour accompagner le dessert … Accoster au Café l’Échouerie, c’est savoir accommoder les plaisirs du gréage jusqu’au débarquement !

 C’est en réservant votre table que vous seront proposé des plats pour composer votre menu personnalisé. Vous êtes végétarien, vous souffrez d’une allergie alimentaire, vous adorez la cuisine épicée ? Dites-le ! La promesse sera faite de rendre votre repas des plus agréables. Réservez dans les meilleurs délais pour éviter les déceptions. La vie insulaire est tributaire du temps et des marées …

 

L’Île Verte DSC_0162

en saison blanche

Revue Marche et Randonnée – Hiver 2014 – Volume 25 numéro 2

Claude P. Côté -texte et photos

(…) Il me reste un trésor à vous faire découvrir: il y a sur l’île un accueillant petit restaurant de douze places, ouvert à l’année, du nom de l’Échouerie. C’est exceptionnel, sur une île de cette dimension, de trouver un restaurant gastronomique du genre, surtout pour un repas de cinq services. Il faut réserver et passer sa commande d’avance pour goûter cette expérience culinaire unique, préparée par Michelle Dionne et servie par l’homme aux multiples chapeaux, Denis Cusson, son conjoint.

L’île en elle même est une expérience unique, tout particulièrement en version hivernale.

 

Short Hops: Island comfort and solitude

A journey to this lighthouse is like a trip back in time

(Petit saut: le confort de l’île et la solitude -Un voyage à ce phare est comme un voyage dans le temps)

BY DAVID JOHNSTON, THE GAZETTE June 29, 2013
Michelle Dionne et Denis Cusson tiennent un restaurant dans leur maison sur l'île Verte
Michelle Dionne et Denis Cusson tiennent un restaurant dans leur maison sur l’île Verte

(…) For dinner, Dionne let us borrow his car to drive out to the western end of Île Verte to the four-table, 12-seat restaurant that Michelle Dionne and Denis Cusson operate in a room in their own home. As we listened to a recording of Leonard Cohen singing in English, we enjoyed a lovely six-course meal (with Atlantic cod as the principal dish) for $27 per person. We paid cash. In fact, we made sure to bring cash with us, as there are no banks on Île Verte. Nor are there any stores or gas stations. (…)

 

 

Île Verte: Notre-Dame-des-sept-«bonheurs», La Presse

Marie-Claude Malboeuf
4 juillet 2012 – La Presse

Quatrième bonheur: le restaurant L’Échouerie

table café
Photo – Jean-Sébastien Basque, collaboration spéciale

 

Sa salle à manger bleue est minuscule: 12 places. La facture l’est tout autant: 25$ par adulte (ou 8$ par enfant) pour six services tous plus délectables les uns que les autres. Canapés de langouste, d’esturgeon et de bourgots; potage du jardin; quiche aux crevettes; salade de melon, carottes, oranges et canneberges; morue; salade verte et gâteau aux bleuets.

Avant même de s’attabler, on se doutait déjà qu’il ne s’agissait pas d’un endroit ordinaire. Au téléphone, Michelle Dionne s’enquiert des préférences alimentaires de chaque convive. Elle s’inspire ensuite du terroir et de ses voyages pour concocter ses recettes.

Son souriant conjoint, Denis Cusson, assure le service en arborant de drôles de chapeaux.

Le restaurant est ouvert à l’année, le matin, le midi et le soir. On apporte son vin et il faut impérativement réserver.

 

Manger pour tisser des liens, Châtelaine

 Chantal Éthier |

Se délecter à l’île Verte

Photo-Mathieu Daoust
Photo-Mathieu Daoust

Au beau milieu du Saint-Laurent, en face de l’embouchure du Saguenay, se trouve l’île Verte, une petite bande de terre aux paysages sublimes. Michelle Dionne, qui compte parmi les 27 résidents de l’île, habite une maison bleue donnant sur la mer. Au rez-de-chaussée, elle a aménagé L’Échouerie, un restaurant qui sort de l’ordinaire.

 

Première surprise : au moment de la réservation, notre hôtesse s’informe de ce que nous voulons manger. Oui, vous avez bien lu. Elle cuisine ce que ses clients lui demandent. Le resto ne compte que 12 places et on la voit s’affairer aux fourneaux. Michèle Dionne ressemble à son île, forte, généreuse et un peu sauvage. Denis, son conjoint, un grand six pieds pince-sans-rire, s’occupe des hors-d’œuvre. Il porte toujours un chapeau, qui change au gré des services : chapeau melon, chapeau de paille, chapeau de sorcier…

C’est là que j’ai dégusté la meilleure chaudrée de fruits de mer de ma vie. Le repas était couronné d’une salade du jardin et d’un dessert aux framboises de l’île. Les produits régionaux et locaux sont à l’honneur. « Le poisson vient du coin. Les petits fruits, je les cueille moi-même. »

(…)

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *